Vous ne connaissez pas les Chevaliers du Zodiaque ? Cet avis va être du chinois... ou plutôt du Japonais pour vous !

J'ai écrit, il y a un bon moment déjà, un avis sur le premier tome de Saint Seiya, The Lost Canvas, si ça vous intéresse, vous le trouverez en fouinant un peu sur ma page. Sinon, tant pis pour vous, vous manquerez une oeuvre majeure de la littérature Française (je parle de mon avis, bien sûr ! :P)...

Un manga, c'est une BD en noir et blanc (quoique, j'en ai déjà vu en couleurs, mais ça dénature la chose!). C'est japonais... la plupart du temps, car les Coréens et même des chinois, paraient-ils, s'y mettent !

Saint Seiya (= Les Chevaliers du Zodiaque, en français), pour moi, c'est un "Seinen" (et non un "shonen" = manga destiné aux ado mâles), c'est-à-dire un manga destiné aux jeunes adultes... Et même, il faut bien le dire, aux trentenaires, fans des Chevaliers du Zodiaque datant de l'époque du Club Dorothée ! Parce oui, c'est nous que Kurumada ciblait lorsqu'il a sorti cette "série" ! Il a bien vu que nous étions toujours au rendez-vous quand est sorti, après vingt années d'attente (rien que ça!!), le chapitre Hadès des Chevaliers du Zodiaque (suite de ce que passait le club Dorothée) donc pourquoi se priver de ce lectorat qui a, en plus, les moyens de s'acheter des collections complètes ! ;D

Revenons-en à nos moutons...
Il faut savoir que, par rapport à l'histoire qu'on pouvait suivre en matant le Club Dorothée, il y a une belle différence : l'action ne se passe plus dans les années 1970-1980 mais au 18ème siècle, lors de la précédente Guerre Sainte.

La seule chose malheureuse c'est que, quand on est fan comme moi, on sait déjà qui va mourir, et surtout qui va survivre, avant même d'attaquer The Lost Canvas ! 
Mais ce n'est pas pour autant que tout est gâché, au contraire ! On se demande comment les personnages ont bien pu en arriver "là".

Cette fameuse Guerre Sainte a lieu tous les 243 ans (si ma mémoire est bonne) et c'est toujours le même refrain : Hypnos et Thanatos, dieux du sommeil et de la mort, envoient Pandore rechercher le corps récipiendaire de l'âme d'Hadès... Cette dernière (l'âme, donc!) doit prendre possession du corps d'un jeune homme pur.

Dans la "série" qui nous intéresse, ce jeune homme pur, c'est Alone, un blondinet doué pour le dessin et la peinture, aimant ses amis, les animaux, et détestant la violence par-dessus tout.

Alone a une petite soeur, Sacha, qui n'est autre que la réincarnation d'Athéna (grande adversaire d'Hadès), et un meilleur ami, Tenma, qui est la réincarnation du chevalier Pégase, le seul être au monde à pouvoir, d'après la mythologie, blesser Hadès (et qui l'a déjà fait par le passé, d'ailleurs!)...

Les trois adolescents ont grandi dans le même orphelinat, implanté dans un petit village du sud de l'Italie, mais vont être séparés, car leur destin se met en marche...

Je vous ai résumé en gros l'affaire pour que vous puissiez suivre un minimum, et vais donc maintenant vous parler beaucoup plus précisément du tome 2 de Saint Seiya - The Lost Canvas !

P1140623

Ce tome commence fort car il débute (lors de l'épisode 7, qui est le premier du tome 2) par la tentative d'assassinat de Sacha, installée au Sanctuaire, sous la protection des douze chevaliers d'or du zodiaque et du Grand Pope.

Sacha est la réincarnation d'Athéna et elle en est pleinement consciente : la déesse en elle s'est déjà "éveillée".

Cette tentative d'assassinat a été commanditée par Hadès et ce sont 3 chevaliers d'argent, normalement fidèles défenseurs d'Athéna, qui sont chargés du sale boulot... Evidemment, pas besoin de dire que leur coup va échouer, ce qui est logique, car il n'y aurait plus d'histoire et les 23 tomes sortis par la suite n'auraient pas eu lieu d'être ! ;)

Deux chevaliers d'or, présents durant l'attaque, vont partir avec Tenma et d'autres chevaliers dans un petit village italien (comme par hasard, celui où ont grandi Sacha, Alone et Tenma), car tout indique qu'Hadès en personne s'y trouve...

Seuls les lecteurs savent qui est le réceptacle du dieu Hadès, jusqu'à l'épisode 8...
Un tome qui commence sur une action qui nous coupe le souffle... et qui continue avec un enchaînement d'autres faits assez importants et pour le moins intéressants.

Je ne vais pas tout vous raconter, mais sachez que ce tome est tellement prenant qu'on ne peut pas le lâcher avant d'avoir fini de le dévorer (ce qui prend, tout au plus, dans les trente minutes.)
On en apprend encore plus sur les liens qui unissent Sacha, Alone et Tenma mais aussi sur les spectres d'Hadès, qui sont les chevaliers sous ses ordres.
Et, bien plus important, on est témoin de l'éveil d'Hadès...

Le tome s'achève en plein combat, laissant un suspense insoutenable s'installer... Surtout lorsqu'on n'a pas le tome suivant entre les mains !!

°o° °0° Les personnages °0° °o°

Une petite apparition du Grand Pope, celui qui contrôle le sanctuaire, ne nous en apprend guère plus sur son personnage (il faudra attendre un peu pour cela, mais ça en vaut largement le coup !).

Athéna est évidemment omniprésente. Même quand elle n'est pas là, on parle d'elle...

Dokho, chevalier d'or de la Balance, et son ami Shion, chevalier d'or du Bélier, contrent l'attaque contre Athéna dans les premières pages, et se rendent, avec Tenma et d'autres en Italie, où des choses horribles vont survenir...

Tenma, chevalier de bronze de Pégase, va se rendre compte que son grand Ami a perdu la tête, et n'est autre qu'Hadès.

Yato, chevalier de bronze de la Licorne, un ami assez spécial de Tenma car ils sont toujours en train de se chamailler, ce qui apporte une touche d'humour dans le manga, et nous permet de respirer un peu, entre deux combats ou actions importantes.

Nous faisons également la connaissance de quelques spectres, comme Kagaho du Bénou, de l'Étoile Céleste de la Cruauté (un de mes préférés) ou encore Minos du Griffon, de l'Étoile Céleste de la Noblesse, et Fyodor de la Mandragore, de l'Étoile Céleste de la Douleur...

Et la magnifique Pandore ne manque pas à l'appel !

Vers les deux tiers du manga, la belle Yuzuriha entre en scène, et aide tant bien que mal Yato, qui doit secourir un Tenma bien mal en point !

Et, enfin, il y a le Maître de Jamir, qui est le "supérieur" de Yuzuriha... et bien plus encore !! Mais je ne peux vous en révéler d'avantage ! ;)

P1140627

°o° °0° Les dialogues et les dessins °0° °o°

Comme toujours, c'est Masami Kurumada, le "papa" de Saint Seiya, qui est l'auteur de ce chef d'oeuvre.

Les dialogues sont intéressants, ne sont pas "cul-cul" et même assez durs parfois, ce qui me conforte dans l'idée qu'il s'agit d'un Seinen pour trentenaires...

Kurumada met toujours en avant certaines valeurs, comme la fidélité, la loyauté, le courage, l'honneur... C'est beau, même si notre lecture nous fait voir la mort de certains personnages auxquels on s'attache plus ou moins.

Les méchants meurent quasiment tout le temps. Les gentils aussi, mais après avoir atteint leur but. Bref, c'est joli quoi ! :D

Pour ce qui est des dessins, Kurumada a fait appel à Shiori Teshirogi, qui est une mangaka hors-paire pour moi ! Son coup de crayon est presque unique tellement le résultat est sublime.

Les traits des chevaliers et autres personnages sont toujours en accord avec les paroles de l'auteur, les armures sont parfaitement réalisées, les défauts sont inexistants (c'est mon avis!).

Oui, je suis fan de Shiori et lui souhaite une grande carrière car elle le mérite.
Elle nous fait voir le Sanctuaire, le village italien de nos trois héros, le château d'Hadès, la région de Jamir (où sont réparées les armures agonisantes des chevaliers d'Athéna) mais aussi les Enfers, pour le plus grand ravissement de nos yeux.

Je vous mets une photo de l'intérieur du tome, pour que vous puissiez admirer le superbe travail de Shiori Teshirogi...

P1140624

°o° °0° De quoi se compose ce livre ? °0° °o°

Une couverture représentant Tenma, Dokho et Shion... Bah oui, ça compte, elle est tellement belle !! :D

A l'intérieur, un petit mot de Shiori, qui nous remercie d'avoir acheter ce tome et qui nous parle de l'époque où elle est devenue fan de Saint Seiya (les mangas et épisodes des années 80!). 
J'adore lire la petite bafouille qu'elle fait l'honneur de publier pour ses lecteurs, en début de chaque tome. Elle me semble plus proche, étrangement... Et je pense que c'est ce qui m'a touchée chez elle, et qui m'a fait trouver ses traits si parfaitement travaillés... :)

Ensuite, une nouvelle "couverture" précède la présentation rapide des personnages principaux que l'ont peut retrouver dans le tome, ainsi qu'unrésumé du tome précédent.

Après, viennent la table des matières (qui nous montrent que le tome est divisé en 9 épisodes, du 7ème au 15ème), les neuf épisodesun petit post-Scriptum de Shiori (encore des remerciements!) et, enfin, un petit lexique signé Joffrey Seguin (il nous parle de Jamir, de la Mandragore et du Bénou)...

Ce second tome de Saint Seiya - The Lost Canvas, connu aussi sous le nom : Les Chevaliers du Zodiaque - La légende d'Hadès est un bel ouvrage bien complet, d'après moi, édité chez Kurokawa, qui vaut bien les 6,50 euros qu'il m'a coûté chez Album (boutique de BD et mangas, pour ceux qui ne connaissent pas)...

Si vous êtes tenté et voulez découvrir un manga beau et passionnant, lancez-vous dans The Lost Canvas. Si le genre vous plait, vous ne pourrez pas être déçu (ou alors, c'est que vous êtes difficile et/ou de mauvaise foi ! lol) ! ;)

Ma note : 4,5/5